Dimitri Casali – Le parcours

Dimiri Casali – le professeur

INSTANTANÉS, PRESSE, COUPS DE CŒUR, JOURNAL

 TV

 Radio

 Espace Press

Dimitri Casali – un historien & essayiste français

Le maître mot pour définir l’engagement de Dimitri Casali, c’est « vulgarisation historique ». Sa seule ligne de conduite depuis qu’enfant à Toulouse des enseignants de la vieille école républicaine lui en ont transmis le virus de la transmission de l’Histoire. D’où un parcours de prof à Saint-Cloud comme en ZEP, à Cergy-Saint-Christophe, où il reconnaît avoir « beaucoup reçu de ses jeunes élèves beurettes et africaines », d’auteur d’ouvrages sur l’enseignement de l’Histoire, et, plus inattendu, de… musicien rock.

Profondément ancré au sud de la France, par ses ascendants où le sang lucquois se mêle au Corbières, et même au « cathare », comme s’en enorgueillit sa grand-mère, Dimitri Casali grandit du reste à Toulouse où il amorce ses études universitaires. Il les reprendra dix ans plus tard à Paris-IV la Sorbonne, menant à bien une maîtrise (mention très bien) sous la houlette de celui qui restera son maître et mentor Jean Tulard. Un mémoire sur le mythe musical napoléonien où Beethoven et Berlioz côtoient Dire Straits et Elvis Costello.

Voir la suite

La Longue Montée de l’ignorance, Éditions FIRST

Comment enrayer la longue montée des obscurantismes et préparer un avenir plus éclairé? Un essai de Dimitri Casali, historien de débats et polémiste engagé. Nous croyons tous aujourd’hui à l’idée réconfortante selon laquelle l’histoire humaine se déroule comme un progrès continu. Les connaissances semblent s’accumuler naturellement en direction d’un savoir collectif et individuel de plus en plus riche, précis, exact. Chaque jour, la science nous épate de ses découvertes.
Et pourtant, nous nous trouvons aujourd’hui face à un paradoxe gigantesque. Dans cette utopie hyperconnectée et hyperinformée, l’ignorance gagne chaque jour du terrain et les exemples se multiplient d’obscurantismes qui se renforcent autour de nous.

Partout, grâce à Internet, les théories du complot les plus farfelues se propagent avec une facilité déconcertante sur Google, Facebook, Twitter et Wikipédia. Dans le monde, les théories créationnistes connaissent un engouement spectaculaire ; 46 % des Américains croient que la Terre a moins de 10 000 ans. Le monde arabe compte un quart d’analphabètes. En France, 7 % de la population demeure illettrée (soit 3 millions de personnes) et l’école est en plein effondrement (27e rang au classement PISA). L’ignorance est encore à l’oeuvre, de façon sanglante, avec la destruction par Daech des cités de Palmyre, Nimroud et Hatra. Aujourd’hui, l’Europe est abasourdie de découvrir que ces djihadistes, prêts à payer de leur vie pour répandre la haine, ont été élevés sur son sol, éduqués dans ses écoles. Ces phénomènes révèlent quelque chose d’un processus profond, global, que jusqu’ici nous avons refusé de regarder en face : la longue montée de l’ignorance.

Lire la suite