Une Histoire comme vecteur d’intégration

Une Histoire comme vecteur d’intégration

Une Histoire de France en miettes alors que l’histoire de France est un bloc
Imprégnée de marxisme, l’Histoire enseignée aujourd’hui est devenue une histoire économique et sociale empêtrée dans la Sociologie qui provoque une véritable répulsion pour cette discipline. Elle est devenue une Histoire zapping, une Histoire sans dates, réduite à des flashs d’informations inanimés. Elle réduit l’imaginaire collectif de l’enfant. Une histoire des hommes une histoire faites par les hommes Une Histoire désincarnée, déshumanisée où toute étude sérieuse de grands personnages est assimilée à un culte rétrograde de la personnalité.

Quant à la chronologie, elle disparaît lentement : en 1ère, on étudie la crise de 1929, puis la guerre de 1914. En 3ème, les attentats du 11 Septembre précédent le Front populaire de 1936. Seconde surprise, des événements fondamentaux sont évacués, tel le 6 juin 1944. En 3e (Nathan) le régime de Vichy est enseigné déconnecté de l’Occupation allemande comme si ces deux faits n’étaient pas liés…

Une histoire sans récit où l’élève s’improvise historien. Enfin l’histoire au collège est devenue une Histoire thématique d’inspiration universitaire… résultat de l’influence néfaste envahissante de l’École des Annales. Résultat 75 % des collégiens de maîtrisent pas les acquis des programmes (Chiffres de la DEPP 2007 Repères références et
Statistiques 2007).

marc-bloch-casaliHistoriquement et culturellement, la France est tributaire d’ un double héritage. Nous avons en effet à la fois) un double héritage catholique et royal, mais également un héritage républicain et laïc. Nous devrions être fiers de ces deux héritages, l’Histoire de France est un bloc ! « Les Français ne peuvent comprendre la France s’ils ne sont pas capables de vibrer à la fois au sujet du sacre de Reims et de l’évocation de la fête de la fédération de 1790 » disait le grand historien Marc Bloch. Cette phrase à mon sens intègre toute la quintessence d’une conception de la France éternelle, d’un génie français qui a énormément apporté au monde (l’universalisme) ;

Ces deux héritages qui ont façonné la France d’aujourd’hui sont également à l’origine de ses valeurs fondamentales. Elles viennent à la fois de nos grands rois catholiques (de Saint-Louis à Louis XVI, des bâtisseurs de cathédrales, mais aussi de l’humanisme de Montaigne, l’esprit des lumières, de la déclaration des droits de l’Homme et des grands républicains comme Victor Hugo ou Gambetta.

Aujourd’hui, malheureusement on minimise ces aspects trop glorieux pour faire ressortir uniquement les épisodes les plus sombres. On crée ainsi des aberrations historiques. Ouvrez un manuel de 4e et vous verrez ? Les thèmes compassionnelles sont omniprésents: l’alter mondialisme, l’antiracisme, droits de l’homme, l’anticolonialisme. Attention je ne dis pas que ce n’est pas nécessaire je dis que c’est de la sociologie et non l’Histoire qui montre la véritable complexité de la réalité et l’anti manichéisme. Elle n’est n’y blanche n’y noire elle est grise et c’est qui la rend passionnante…

L’Histoire de France vecteur d’intégration

mazarin-casaliC’est avant tout notre culture française qui est la base de notre vivre ensemble et cette culture est fondée sur la connaissance de l‘Histoire du pays qui vous accueille, celui où vous vivez et travaillez et dont vous possédez la nationalité quelle que soit notre origine géographique. La bonne connaissance de l’Histoire est donc une garantie d’intégration car elle est un moyen d’accéder aux modes de compréhension de notre société. L’intégration à la française existe, et l’on peut véritablement parler d’un creuset français qui a réussi, depuis toujours, à amalgamer en une création originale les migrations successives avec les populations les plus anciennes. Mon combat est de réconcilier la France avec son histoire puisque l’Histoire de la France, c’est aussi l’Histoire du monde : nous possédons, la plus grande communauté musulmane d’Europe, la plus grande communauté juive d’Europe et une communauté asiatique très importante dans notre pays. Pour cela, il faut absolument créer une Histoire de France riche de toute sa diversité, une histoire qui tienne compte des multiples identités du peuple français aux différentes époques. L’histoire de nos grands hommes a pendant longtemps facilité l’assimilation des populations immigrées, et ce avec succès. Pourquoi ne pas s’inspirer de ce modèle en introduisant justement des personnages historiques issus issus de l’immigration. C‘est avant tout grâce au rayonnement culturel et historique de la France, grâce au pouvoir d’attraction et de fascination que, – de Mazarin à Romain Gary en passant par Marie Curie, Manouchian, Félix Eboué, Joséphine Baker le bachaga Boualam et Gaston Monnerville — tous ces hommes ont aimé la France. ils ont même accepté de se sacrifier pour leur nouveau pays. Et comme aimait le rappeler Romain Gary (Roman Kacew de son vrai nom): «Je n’ai pas une goutte de sang français mais la France coule dans mes veines…» Sa mère Nina Kacew lui apprenait enfant à Vilnius la Marseillaise, Jeanne d’Arc et Napoléon. Tout le contraire de ce que prônent les nouvelles instructions officielles pour les programmes scolaires de collège. Elles sont surréalistes pour ne pas dire affligeantes ! On joue la carte de la culpabilisation, voire de la criminalisation de l’Histoire de France. On met sans cesse en avant la face négative et on ignore volontairement la face lumineuse qui a rayonné bien au delà de nos frontières. Au point qu’aujourd’hui, les étrangers apprécient plus que les Français eux-mêmes l’histoire de notre pays. Nous sommes la première destination touristique du monde. Mais que viennent voir les 80 millions de touristes annuels ? Versailles, le palais du Louvre, les invalides, la Tour Eiffel…

Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire